Agrégateur de flux

Hypnose en douleur et pathologies chroniques - 3 jours - Juin 2019 - PARIS

Agenda Hypnose Thérapie Brève - mardi 4 juin 2019 - 00:00
Formation de base: Intégration de l’Hypnose médicale en pratique journalière - 9 jours
Session 3: Hypnose en douleur et pathologies chroniques - 3 jours

A l’issue de cette session, l’étudiant pourra gérer des situations plus complexes comme les douleurs, difficultés chroniques, les aspects psychosomatiques, l’anxiété...
Une large place sera laissée à l’analyse des pratiques des étudiants qui pourront évoquer leurs cas cliniques, difficultés rencontrées et ou pourra être évaluée leur pratique.
- Développer une stratégie thérapeutique dans la prise en charge de personnes souffrantes de douleurs ou de troubles anxieux ou psychosoamtiques chroniques
- Supervision et analyse des pratiques
Espace Hermès, 10 Cité Joly du 04/06/2019 00h00 au 06/06/2019 23h50
http://www.hypnose-medicale.fr/Formation-de-base-Integration-de-l-Hypnose-medicale-en-pratique-journaliere-9-jours_a38.html

1ère Année Session 3 Formation Hypnose Thérapeutique et Médicale - MARSEILLE

Agenda Hypnose Thérapie Brève - mercredi 22 mai 2019 - 22:00
Journée 1 :
Les approches indirectes
Les approches narratives
Les métaphores
Le répertoire d’histoires appropriées
Inventer, développer la créativité du thérapeute
Exercices

Journée 2 :
Hypnose et psychopathologies
Approche psychocorporelle
Exercices

Journée 3 :
La posture du thérapeute
Apports de la thérapie provocatrice
Savoir poser les questions
Quand s’autoriser à stopper le patient
Utiliser la position méta
Utiliser son corps de thérapeute, synchronisation
11 Impasse Flammarion Centre Le Mistral du 22/05/2019 22h00 au 24/05/2019 23h00
https://www.formation-hypnose-marseille.info/A-Marseille-Formation-Hypnose-1ere-annee_a20.html

Approche intégrative du psychotraumatisme, Hypnose et mouvements oculaires de type EMDR-IMO

Agenda Hypnose Thérapie Brève - mercredi 15 mai 2019 - 00:00
Cette formation s’inscrit dans la prise en charge du psychotraumatisme. Cette approche intègre la pratique de l’hypnose Ericksonienne et la thérapie EMDR - IMO qui s’appuie sur la pratique de mouvements oculaires.

A partir de nombreux exercices, il s’agira d’intégrer ces outils thérapeutiques afin de les utiliser de manière adaptée et efficace avec les patients dans le cas de psychotraumatisme.

Cette approche intègre également des outils relationnels issues des thérapies brèves.

Objectifs de la formation :
- Acquérir la pratique de la thérapie EMDR - IMO, reposant sur les mouvements oculaires.
- Améliorer sa posture de thérapeute pour renforcer le lien « secure » dans la relation thérapeutique dans les cas de psychotraumatisme.
- Acquérir une approche intégrative hypnose et EMDR - IMO dans le but de traiter le psychotraumatisme.
- Utiliser des outils communicationnels issus des thérapies brèves.

11 impasse Camille Flammarion du 15/05/2019 00h00 au 17/05/2019 23h50
https://www.formation-hypnose-marseille.info/Approche-integrative-du-psychotraumatisme-Hypnose-et-mouvements-oculaires-de-type-EMDR-IMO_a83.html

Intégration de l’hypnose médicale en pratique quotidienne - 3 jours - Avril 2019 - PARIS

Agenda Hypnose Thérapie Brève - lundi 8 avril 2019 - 00:00
Formation de base: Intégration de l’Hypnose médicale en pratique journalière - 9 jours
Session 2: Intégration de l’hypnose médicale en pratique quotidienne - 3 jours

A l’issue de cette session, l’étudiant connaîtra des éléments plus avancés d’hypnose pour des situations plus complexes ou des usages spécifiques : douleurs, stress...

- Acquérir de nouvelles compétences thérapeutiques afin de gérer des situations plus difficiles : posture thérapeutique, recadrage orienté vers la solution, communication avec les patients agressifs, en crise, plaintifs ou peu coopérants...

- Intérêt et atouts de la métaphore thérapeutique : comment modifier la perception de la problématique du patient (reconstruction cognitive), comment améliorer l’adhérence au traitement chez les patient, comment optimiser l’éducation thérapeutique…
- Apprentissage des techniques d’auto-hypnose pour développer l’autonomie du patient et aider le thérapeute à améliorer sa pratique (adopter une meilleure distance thérapeutique, comment éviter le burn-out du soignant…)
- Supervision et analyse des pratiques
Espace Hermès, 10 Cité Joly du 08/04/2019 00h00 au 10/04/2019 23h50
http://www.hypnose-medicale.fr/Formation-de-base-Integration-de-l-Hypnose-medicale-en-pratique-journaliere-9-jours_a38.html

1ère Année Session 2 Formation Hypnose Thérapeutique et Médicale - MARSEILLE

Agenda Hypnose Thérapie Brève - mercredi 20 mars 2019 - 01:00
Programme de la Session 2 :

Approfondissement de la relation hypnotique
Les phénomènes idéomoteurs, sensitifs, sensoriels, neuro végétatifs
Métaphores
Enfants
Activer les ressources du patient de manière créative

Intervenants: Dr Isabelle Bouillevaux - Laurence Adjadj
11 Impasse Flammarion Centre Le Mistral du 20/03/2019 00h00 au 22/03/2019 23h50
https://www.formation-hypnose-marseille.info/A-Marseille-Formation-Hypnose-1ere-annee_a20.html

2ème Année Session 3: Supervision, Auto-Hypnose et Evaluation - MARSEILLE

Agenda Hypnose Thérapie Brève - lundi 4 février 2019 - 01:00

Session 3
Journée 1: Supervision
Journée 2: Auto-Hypnose
Journée 3: Evaluation: Evaluation
11 Impasse Flammarion Centre Le Mistral du 04/02/2019 00h00 au 06/02/2019 23h50
https://www.formation-hypnose-marseille.info/A-Marseille-Formation-Hypnose-2eme-annee_a21.html

Apprentissage des fondamentaux de l’hypnose médicale - 3 jours - Janvier 2019 - PARIS

Agenda Hypnose Thérapie Brève - lundi 28 janvier 2019 - 01:00
Formation de base: Intégration de l’Hypnose médicale en pratique journalière - 9 jours
Session 1 : Apprentissage des fondamentaux de l’hypnose ericksonienne (3 jours)

A l’issue de cette première session, l’étudiant aura des connaissances de bases sur l’hypnose, notamment « Ericksonienne ».
Il saura mener une séance basique en hypnose permettant d’apaiser des anxiétés, de gérer des douleurs aigües, de pratiquer des gestes douloureux.

- D’où vient l’hypnose ?
Historique, évolution, actualité scientifique, pratiques actuelles...
Les apports de Milton Erickson.

- Comment se déroule une séance d’hypnose ?
Inductions, suggestions, communication hypnotique.
Optimiser la communication et créer une alliance thérapeutique efficace.

- Utiliser les techniques hypnotiques afin de faciliter les gestes techniques en apportant confort et sécurité tout au long des soins : safe place, ancrage, catalepsie, suggestions mobilisatrices…
Espace Hermès, 10 Cité Joly du 28/01/2019 00h00 au 30/01/2019 23h50
http://www.hypnose-medicale.fr/Formation-de-base-Integration-de-l-Hypnose-medicale-en-pratique-journaliere-9-jours_a38.html

1ère Année Session 1 Formation Hypnose Thérapeutique et Médicale - MARSEILLE

Agenda Hypnose Thérapie Brève - lundi 28 janvier 2019 - 01:00
Programme de la Session 1 :
Module 1 : les fondamentaux de l’hypnose
Durée : 3 jours

Les objectifs pédagogiques de cette session :

Cette session a pour but d’acquérir les concepts et les techniques essentielles de l’hypnose afin de pouvoir pratiquer l’hypnose.
Mener une séance d’hypnose dans un cadre large de situations cliniques comme les soins douloureux, l’anxiété, les troubles du sommeil, la dépression, la gestion de la douleur.
Développer la créativité du praticien en vue d’activer les ressources chez le patient.
11 Impasse Flammarion Centre Le Mistral du 28/01/2019 00h00 au 30/01/2019 23h50
https://www.formation-hypnose-marseille.info/A-Marseille-Formation-Hypnose-1ere-annee_a20.html

Michel DEROOVER

Articles EMDR - IMO - il y a 2 heures 8 min
Médecin spécialisé en Psychiatrie.

Ancien médecin des Hôpitaux Universitaires, Université Libre de Bruxelles.

Hypnothérapeute.

Formations en hypnose :

Institut de Nouvelle Hypnose (Bruxelles )

Post formation chez Thierry Melchior


Phytothérapie - aromathérapie ( Société Belge de Phytothérapie)

Relaxation psychanalytique méthode Sapir

Psychanalyse ( Ecole Belge de Psychanalyse )

Psychothérapie systémique et psychothérapie de groupe (Siegi Hirsch)

EMDR (Integrativa)

Intégration des mouvements oculaires de type EMDR - IMO (CHTIP, Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris)


Consultations Av de Broqueville, 96 bte 18

1200 Bruxelles

Tel: +32475691562

Rebecca BENHAMOU

Articles EMDR - IMO - lundi 17 décembre 2018 - 16:15
Psychologue clinicienne.

Psychothérapies enfants, adolescents et adultes.

Formée en Hypnose Thérapeutique, aux Thérapies Brèves et Intégration des mouvements oculaires de type EMDR - IMO au CHTIP Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris.

Gestion du Stress Post-Traumatique.


30 Rue Sellenick

67000 Strasbourg

Tel : 07 81 32 95 09

Laurent Gross, Hypnothérapeute Paris, Hypnose Ericksonienne Paris, EMDR 75011

Forum Hypnose Ericksonienne Paris .fr - lundi 17 décembre 2018 - 00:45
Bonsoir Eric,

Soyez rassuré, je viens de vous répondre directement par mail ce soir.
Bonne soirée à vous.

Laurent Gross

Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves 2019 à Montpellier

Hypnose Ericksonienne - mercredi 12 décembre 2018 - 01:12
Découvrez les Masterclass et les conférences plénières confirmées du Forum CFHTB 2019, le programme complet sera disponible prochainement...
Pré-Forum Du chamanisme aux Techniques d’Activation de la Conscience: Le génie intuitif de Bernheïm, Coué et Erickson. (Dr Jean BECCHIO)

Apprendre à poser les questions qui activent les ressources. (Dr Julien BETBEZE)

L'Hypnose 2.0, rendant tout script obsolète et donnant naissance à la notion d'hypnose dissipative. (Gaston BROSSEAU)

Prendre soin de soi et autohypnose en groupe. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE)

L’art d’utiliser les sens dans le travail de développement de l’autorité intérieur avec ou sans hypnose. (Michel KEROUAC & Jean-Philippe LENOIR)

Erickson, naturellement. (Dominique MEGGLÉ)

Travail Ericksonnien pour les Problèmes Psychosomatiques. (Teresa ROBLES)
Hypnose, oui mais quoi l'hypnose? (Dr Isabelle NICKLÈS)

Névrose et humour. (Dominique MEGGLÉ)

L’hypnose, l’atout cœur dans la relation thérapeutique. (Gerard OSTERMANN)

L'exclusivité et l'efficacité de la relation hypnotique. (Camillo LORIEDO)

Hypnothérapie sans transe: techniques avancées pour la clinique et la performance. (Giorgio NARDONE)

Est-ce que la liberté est soluble dans la suggestion? (Julien BETBEZE)

Les neurones miroirs en psychothérapie. (Pierre BUSTANY)

Epigénétique: entre subir et devenir. (Ariane GIACOBINO)

Placebo-ci, nocebo-là. (Patrick LEMOINE)
Neuroplasticité et fonctionnement en réseau du système nerveux central: le connectome cérébral revisité. (Hughes DUFFAU)

Mémoire-souvenir (ou libre arbitre). (Jacques TOUCHON)

La recherche au service du soignant et du soigné. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE, Nicole MALAISE, Anne-Sophie NYSSEN, Audrey VANHAUDEN)

L'Hypnose 2.0, précurseur du précepte inédit du silence thérapeutique. (Gaston BROSSEAU)

D’Erickson aux Techniques d'Activation de la Conscience (TAC). (Dr Jean BECCHIO)

La Poétique de l'hypnose. Fonctions thérapeutiques. (Dr Patrick BELLET)

Thérapies Brèves et Addictions ou comment travailler avec la contrainte. (Olivier COTTENCIN)

Corps de l'hypnose, corps du changement. (Dr Alain VALLÉE)
L'autohypnose comme guérison. (Dr Jean Marc BENHAIEM)

Les quatres attitudes (ARTS) pour communiquer au niveau verbal - non verbal et métaphorique. (Michel KEROUAC)

Construisant réalités internes, créant réalités externes. (Teresa ROBLES)

Conscience de soi et autohypnose en impesanteur: premiers pas. (Pr Antoine BIOY)

Retour sur les Etats généraux. (Dr Régis DUMAS et Joëlle MIGNOT)

L'avenir de l'Hypnose en Europe. (Michael SCHEKTER et Dr Gérard FITOUSSI)
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

2ème Année Session 2: Hynose en Douleur Chronique et Aigüe - MARSEILLE

Agenda Hypnose Thérapie Brève - lundi 10 décembre 2018 - 23:00
1ère Journée: Approfondissement des Connaissances

2ème et 3ème Journée: L'hypnose et la Douleur

Au cours de ces deux jours de formation de perfectionnement en hypnose, vous apprendrez comment travailler de manière efficace sur la douleur aussi bien aigüe que chronique.

Les objectifs de ce séminaire sont d’améliorer efficacement la communication thérapeutique lors d’interventions dans le cadre de la gestion de la douleur, d’acquérir les techniques d’hypnoanalgésie qui vous seront utiles dans tous les soins provoquant de la douleur (intervention chirurgicales, piqûre, pansement, mobilisation douloureuse, etc.) ou encore chez les patients souffrants de douleurs post-opératoires (suites opératoires, plaie, facture, etc.).

Vous découvrirez aussi les dernières actualités scientifiques en matière de prise en charge de la douleur chronique, comment travailler sur son intensité, son ressenti et aussi sur les répercussions de la douleur chronique dans la vie du patient.

Intervenants: Théo Chaumeil - Laurence Adjadj
11 Impasse Flammarion Centre Le Mistral du 10/12/2018 22h00 au 12/12/2018 23h00
https://www.formation-hypnose-marseille.info/Douleur-aigue-douleur-chronique-Formation-Hypnose-a-Marseille_a39.html

Hypnose & Médias Novembre 2018

Formation Hypnose à Marseille - dimanche 9 décembre 2018 - 00:27
Avec ce mois-ci, un article très intéressant concernant le psychotraumatisme chez les soignants... Et qui trouve tout son écho dans nos formations en EMDR - IMO Attentats: blessures de guerre, afflux de patients... le tabou du traumatisme des soignants Blessures de guerre, récits insoutenables des patients, afflux démesuré de victimes: touchés de plein fouet par les attentats du 13 novembre 2015, de nombreux soignants ont été traumatisés. Pourtant, l’aveu de la souffrance est encor...

Hypnoscope Novembre 2018 - Actualités Thérapeutiques

Formation Hypnose Ericksonienne Paris - lundi 3 décembre 2018 - 13:23
Hypnose : 5 choses à savoir avant de se lancer - Femme Actuelle Qu’est-ce que l’hypnose ?
Les phénomènes de transe sont connus depuis des temps anciens mais le terme d’hypnose apparait pour la première fois au début du 19ème siècle. L’état d’hypnose est compliqué à définir, c’est un état de conscience particulier, et surtout ce n’est ni de l’éveil ni du sommeil « L’état d’hypnose correspond à un état de conscience modifiée (la transe) et à une activité cérébrale propre différente de celle de l’état d’éveil ou celle que l’on peut observer dans les différentes phases de sommeil. C’est un phénomène qui est produit par l’esprit de la personne hypnotisée et qui émerge du lien avec l’environnement et/ou de la relation avec autrui. La transe hypnotique amène à une modification de la perception du sujet, une sorte de perception plus élargie», décrit Roseline Bueder, psychologue et hypnothérapeute à Paris.

Quel type d’hypnose choisir ?
Il existe plusieurs formes d’hypnose et la plupart du temps, le thérapeute les utilise dans sa pratique en s’adaptant au contexte et au patient.
Dans le cas de l’hypnose par suggestion directe, le thérapeute est autoritaire et directif, un peu comme s’il donnait des ordres. Cette forme est opposé à l’hypnose par suggestion indirecte, que l’on appelle hypnose ericksonnienne: « le thérapeute utilise des suggestions ouvertes et invite la personne à progresser dans la transe à sa guise, il s’adapte au patient, le ton n’est pas dirigiste »,ajoute la spécialiste. Il existe aussi l’hypnose conversationnellequi se présente sous la forme d’une conversation entre le thérapeute et le patient dans laquelle le thérapeute utilise des stratégies précises pour rendre la communication hypnotique. C’est une technique que le praticien peut adopter comme base de communication avec le patient.

Comment se déroule une séance ?
Les séances d’hypnose ne sont pas les mêmes d’un thérapeute à l’autre et les techniques utilisées peuvent varier selon le contexte et le patient. « La position confortable n’est pas une nécessité, on peut entrer en hypnose assis sur un tabouret ou même debout. »
En premier lieu, le thérapeute va capter le langage corporel et verbal du patient puis, par des méthodes d’induction, l’amener vers cet état de transe en s’adaptant à son langage à son rapport au monde. Ce dernier peut être de différent type : visuel comme le bleu du ciel ou les nuances de couleurs des feuilles d’automne, sonore (chant des oiseaux, voix de proches), issu de l’odorat(odeur d’un gâteau qui sort du four) ou encore lié au mouvement comme le roulis des vagues ou un train qui se déplace.
Viennent alors les plus thérapeutiques qui vont permettre à la personne de se reconnecter à ses ressources.

Quels sont les champs d’action de l’hypnose ?

Les domaines d’application de l’hypnose sont variés, comme l’explique Roseline Bueder « on peut travailler avec de l’hypnose sur la douleur chronique ou aigüe, sur les symptômes psychosomatiques, comme outil à intégrer dans un suivi psychothérapeutique. Il est même possible de la pratiquer une chirurgie en alternative à l’anesthésie générale pour certaines interventions ou même en accouchement»

Tout le monde est-il répondant ?
Pour la thérapeute, nous sommes tous réceptifs à l’hypnose puisqu’il s’agirait d’une capacité que notre esprit possède naturellement. Comme lorsque nous sommes éveillés ou lorsque nous dormons, nous pouvons aussi entrer dans cet état de conscience modifié spontanément. « En fait, on peut expérimenter l’hypnose plusieurs fois par jour, par exemple quand vous lisez consciencieusement un livre ou que vous regardez un film, vous êtes ailleurs, vous ne vous rendez pas compte du temps qui passe par exemple, vous êtes ailleurs et aussi présents. Mais certaines personnes, ont un tel besoin de contrôle ou appréhende la séance, qu’elles activeront difficilement cette capacité ou resteront en transe légère. Alors on apprend, et on s’entraine à provoquer l’état d’hypnose, et parfois sans surtout lâcher prise cela va prendre un peu plus de temps que prévu avant d’y arriver… et tout en gardant bien le contrôle ! » ajoute la spécialiste.


Hypnose, acupuncture : quand les hôpitaux se mettent aux médecines complémentaires - France 24 En France, les médecines alternatives ou complémentaires, comme l'hypnose ou l'acupuncture, ont le vent en poupe. Plus de 58 % des Français se seraient tournés vers ce genre de soins en 2017 et plus de 6 000 médecins se sont déjà formés à ces pratiques dites "douces" que les hôpitaux n’hésitent plus à intégrer. Mais il existe aussi sur le marché des milliers de thérapeutes autoproclamés ne disposant d'aucun diplôme d'État. Que faut-il penser de toutes ces pratiques ?


Occitanie : l’hypnose au service des patients - Midi Libre La pratique propose une alternative aux anesthésies chimiques et aux traitements analgésiques médicamenteux.
Depuis quelques années, l’hypnose a poussé la porte des cabinets médicaux et des salles d’opération. Loin des spectacles du fascinateur Messmer, la pratique se présente comme une alternative aux anesthésies médicamenteuses et séduit de plus en plus de praticiens. Médecin anesthésiste, le docteur Guylaine Tran pratique l’hypnose depuis une dizaine d’années au CHU de Nîmes. Invitée de Midilibre.fr pour répondre en direct aux interrogations des internautes, elle fait le point sur une pratique encore méconnue des patients.

1 - L’hypnose, un procédé novateur ?
Après avoir été mise au ban de l’anesthésie par les procédés chimiques, l’hypnose est aujourd’hui une pratique qui gagne du terrain. La pratique est pourtant loin d’être nouvelle. Au XIXe siècle, on pratiquait déjà des ablations du sein selon cette méthode. "C’est un processus très ancien que tout le monde a déjà expérimenté dans sa vie personnelle, explique le docteur Tran. Quand nous sommes en état d’éveil, une partie de notre cerveau fonctionne en liaison avec le monde extérieur. Mais il possède aussi un mode hypnotique qui vous permet de vous évader, tout en gardant la faculté de revenir à tout moment dans la réalité." Un pêcheur à la ligne qui regarde son bouchon ne voit pas le temps passer car il active ce mode hypnotique. "L’hypnose médicale consiste à l’activer pour en tirer un bénéfice pour le patient."

2 - Que peut-on en attendre ?
Le recours à l’hypnose se fait principalement dans le cadre des douleurs chroniques ou d’anesthésies préopératoires. "Au bloc, l’hypnose est souvent associée à l’administration de petites doses d’analgésiques en fonction du ressenti du patient. Cela concerne des interventions chirurgicales de surface : endoscopie, chirurgie thyroïdienne ou gynécologique, acte dentaire… " Pour le docteur Tran, l’hypnose apporte surtout du confort en réduisant de 50 % la perception de la douleur. Le meilleur exemple ? Le temps de récupération réduit à quelques dizaines de minutes à peine après une intervention sous hypnose, contre plusieurs heures en cas d’anesthésie chimique. "Il existe des preuves scientifiques de l’efficacité de l’hypnose. Ce n’est ni un placebo, ni du charlatanisme, ni une croyance. C’est une science."

3 - À qui cela s’adresse ?
De l’avis de l’ensemble des praticiens, et même si certains présentent des réticences, l’hypnose est accessible à tous les patients. "Le plus important, c’est d’établir un lien de confiance pour que la personne lâche prise avec l’extérieur. Ensuite, on ne fait que suggérer. L’hypnose, tout le monde l’a en soi." Reste que les enfants, et leur imaginaire développé, sont souvent plus réceptifs aux sollicitations des anesthésistes hypnotiseurs.

4 - Un risque de perdre le contrôle ?
Ne plus contrôler ses gestes et ses idées, c’est la crainte principale à laquelle les anesthésistes doivent faire face. "Les gens ont peur d’une prise de pouvoir alors que c’est l’inverse qui se passe. Notre travail, c’est de permettre au patient de faire appel aux ressources qu’il a en lui. Au contraire, cela permet au patient de redevenir acteur de son opération. L’hypnose n’est pas une période de sommeil, c’est une hyperactivité du cerveau."
NICOLAS ZARROUK

Ostéopathie: Traitement des Cervicalgies et Ostéopathie

Questions Ostéopathie - mercredi 28 novembre 2018 - 21:41
je suis kiné et j'ai eu ce problème au niveau atlas suite a un accident de cheval -avec tous les désagréments afférents -et ne ne voulais pas de manipulation --- j'ai eu affaire a ce monsieur bruno --- si critiqué et a l'atlastherapie --quand on ne connaît pas et que l'on a pas expérimenté il serait bon de s'abstenir de toute critique -- une séance a suffi sans aucune manipulation et en une semaine je fus toute neuve !!! cela fait maintenant 5 ANS et mon atlas tient à merveille ! j'ai depuis recommandé cette technique et réussite a chaque fois !
Catégories: Ostéopathie

Hypnothérapeutes de Paris, Marseille, France, Hypnose Médicale

Forum Psychotherapie.Fr - lundi 26 novembre 2018 - 23:52
Bonjour Therapie Breve,

Je vous rassure, il y a bien un pilote à bord...
Pour s'inscrire, et vérifiez si vous êtes éligible, rendez-vous sur https://mididouze.fr/annuaire/site_inscription.php
Bonne soirée à vous...

Que nous dit la notion du Narcissisme chez Sigmund Freud ? Par Valérie Travers

Psychotherapie.FR - vendredi 16 novembre 2018 - 17:27
Lecture de « Pour introduire le narcissisme » Sigmund Freud dans ce célèbre article de 1914, développe pour la première fois le concept de narcissisme, pour cela il évoque l’estime de soi, l’idéal du moi, le surmoi ... et l’amour.

Le terme de narcissisme a été emprunté par Sigmund Freud à un texte datant de 1899 de Paul Näcke psychiatre et criminologue. A cette époque le narcissisme a la signification d’une perversion en ce sens que le corps ou une partie du corps a absorbé la totalité de la vie sexuelle d'une personne. L'hypothèse de Freud est que le narcissisme peut entrer en considération dans un champ beaucoup plus vaste et revendiquer sa place dans le développement sexuel régulier de l’être humain.

Il réfute le caractère pervers du narcissisme et pose plutôt celui ci comme le complément libidinal à l’égoïsme de la pulsion d’autoconservation ou pulsion de vie. Le premier mode de satisfaction de la libido serait l’autoérotisme ou le plaisir qu'un organe prend sur lui-même (plaisir de voir, de sentir, de pendre, de jouer, de manger, etc.) Ce premier mode de satisfaction est appelé narcissisme primaire.

Le narcissisme primaire concerne tous les êtres humains et est ce qui constitue le moi avant le moi. Il se crée dans la rencontre entre le narcissisme naissant de l'enfant et le narcissisme renaissant des parents. C'est l'espace de la toute puissance du moi de l'enfant. Mettre au monde un enfant réactive avec une force extraordinaire l’enfant qui est en nous.

Ce narcissisme d'origine n'est pas observable cliniquement car c’est un état trop précoce. Pour décrire et percevoir cette période, Freud analysera la libido des paraphrénies (ou psychoses dans son acception plus récente) notamment l’hypocondrie.

Puis pour saisir ce concept de narcissisme Freud s’appuiera à décrire les modalités de la vie amoureuse de l’être humain au regard des pulsions du moi.
Les paraphrénies (ou psychose) se caractérisent par deux traits principaux chez ceux qui en souffrent : un délire des grandeurs et le désintérêt radical du monde extérieur (des personnes et des choses). Contrairement à la névrose hystérique et à la névrose obsessionnelle qui, tout en se retirant de la réalité maintient une relation érotique aux personnes et aux choses, le paraphrène retire réellement ses investissements libidinaux sans leur substituer d'autres objets ou fantasmes. Pour supporter de vivre il se retire du monde. Tout quantum de libido du moi, est retiré des objets et est investie sur le moi, d’ou cette reconstruction du monde délirante et narcissisme (pensons par exemple a ceux qui se prennent pour Dieu ...), une telle quantité de libido déborde le moi qui alors s’atrophie et délire.

Dans la vie psychique des enfants et des peuples primitifs, Sigmund Freud y trouve des traits communs au délire des grandeurs : surestimation de la puissance des désirs et des actes psychiques, toute-puissance de la pensée, croyance à la force magique des mots...
Nous nous formons ainsi la représentation qu’un investissement libidinal est a l’origine du moi ; plus tard, une partie en est cédée aux objets, mais, fondamentalement, l’investissement qui a préexisté au moi persiste en chacun.

Nous voyons un échange économique entre la libido du moi et la libido d’objet, voir une opposition. Plus l’une absorbe, plus l’autre s’appauvrit. Par excès ce qui représentera la plus haute phase de développement de la libido d'objet est l'état de la passion amoureuse. Il y a un désinvestissement de la personnalité propre au profit de l’investissement de l’objet aimé. (Une personne, un idéal... )
Puis Freud va évoquer, toujours pour cerner par un détour le concept de narcissisme, l’hypocondrie. Si comme la maladie organique, l’hypocondrie se traduit par des douleurs de types organiques et par un retrait de l’intérêt et de la libido des objets sur l'organe qui l'occupe, les sensations pénibles ne sont pas organiquement démontrables. La question est alors de comprendre la nature de ces modifications organiques ?

D'une part considérons l'exemple d'un organe modifié sans être pour autant malades, à savoir l’organe génital en état d'excitation. D'autre part considérons l'étude de la théorie sexuelle qui nous a habitué à considérer le corps lui même comme zone érogène, remplaçant ainsi les organes génitaux. A chacune des modifications de l'érogénéité des organes correspond une modification en parallèle de l’investissement de la libido dans le moi.
L’hypocondrie et les psychoses dépendent de la libido du moi, l‘entrée dans la maladie est un mécanisme de progression de l'introversion vers une régression lié à une stase de la libido. C'est à dire à un processus dans lequel les excitations sexuelles accumulés ne trouvent plus de voies vers la décharge libidinale. Une stase libidinale n'est pas pathogène en soi mais quand la stase est investie sur le moi, l’accumulation excessive de cette libido narcissique devient pathogène, c'est « un repli narcissique ».

Les premières satisfactions sexuelles auto-érotiques sont vécues conjointement avec les fonctions vitales d'autoconservation. De mêmes les pulsions sexuelles s’étayent d'abord sur la satisfaction des pulsions du moi, à savoir la mère nourricière ou son substitut. C'est la première source de choix d'objet mais pas la seule, il semble que l’être humain cherche aussi à se choisir lui même comme objet d'amour. Il semble que les deux voies existent en chacun de nous avec plus ou moins de façon dominante de s'exprimer.

Freud tente alors à définir les différentes typologies du comment, on aime.
Selon le type narcissisme :
- Ce que l'on est soi même (je cherche dans l'autre ce que je suis moi même)
- Ce que l'on a été soi même (je cherche en l'être aimé c'est celui ou celle que j'ai été dans le regard de mes parents)
- ce que l'on voudrait être soi-même (je cherche en l'autre mon idéal, celui que je voudrais être) Selon le type par étayage :
- La femme ou sons substitut qui nourrit. (J’aime celui ou celle qui se soutient d'un trait maternel à mes yeux)
- L'homme ou son substitut qui protège (j'aime celui ou celle qui se soutient d'un trait paternel à mes yeux)
C’est par des considérations sur l’amour parental que Freud va poursuivre son étude de la genèse du narcissisme.

Il juge que cet amour parental, si touchant et au fond si enfantin, n’est rien d’autre que le narcissisme du parent qui vient de renaître et qui, malgré sa métamorphose en amour d’objet, révèle à ne pas s’y tromper son ancienne nature narcissique. Cela produit une surestimation qui amène, dit-il, de façon caractéristique les parents à considérer leur rejeton comme « his majesty the baby ». Or, précisément, cette fameuse majesté, si bien relevée ici, souligne que ce sont bien les parents qui ont d’abord à en créditer le nouveau-né – à doter celui ci d’une valeur dont son propre état d’impuissance ne lui permet guère de se créditer lui-même.

Parmi les perturbations auxquelles est exposé le narcissisme originaire de l'enfant, la plus fondamentale est le complexe d’Œdipe et sa résolution. Au moment du complexe d’Œdipe les motions pulsionnelles subissent un refoulement pathogène quand elles sont en conflit avec le moi et plus précisément avec l'estime de soi qu’à le moi. La condition de refoulement chez le sujet est l'existence d’un idéal du moi auquel il mesure son moi actuel. C'est à ce moi idéal que s'adresse à l’âge adulte l'amour de soi dont jouissait dans l'enfance le moi réel. Il apparaît que le narcissisme est déplacé sur ce nouveau moi idéal. Comme à chaque fois dans le cas de la libido, l'homme se montre incapable de renoncer à la satisfaction dont il a joui une fois.
Il cherche sous la nouvelle forme de l'idéal du moi à retrouver la perfection narcissique de son enfance.

Freud examine alors les rapports de cette formation de l'idéal du moi et la sublimation.
La sublimation est un processus qui concerne la libido d'objet et consiste en ce que la pulsion se dirige vers un autre but, se détournant complètement de la satisfaction sexuelle.
L'idéalisation est un processus qui concerne l'objet par lequel celui-ci est agrandit et exalté psychiquement sans que sa nature ne soit changée.
En somme la sublimation est un processus qui concerne la pulsion et l'idéalisation un processus qui concerne l'objet. Ces deux concepts doivent être maintenus séparés l'un de l'autre.

Au contraire de la formation de l’idéal qui augmente les exigences du moi, agissant le plus fortement en faveur du refoulement, la sublimation représente l'issue, sans doute plus rare et plus heureuse, qui permet d'y répondre sans passer par le processus de refoulement.
Freud conçoit alors une instance psychique particulière qui remplit la tâche de veiller à ce que soit assurée la satisfaction narcissique provenant de l’Idéal du Moi : le fameux Surmoi. Cette instance de la conscience morale nous permet de comprendre le délire d'observation qui apparaît de manière franche et régressive dans les paranoïas mais aussi dans les névroses de transfert. Nous connaissons bien cette petite voix en nous qui critique et scrute nos moindres intentions. Elle tire son origine direct de l'influence critique des parents, qui se transmet par la voix, puis est relayé ensuite par le monde extérieur, l'opinion publique, le monde ambiant de chacun. Ces voix intériorisées reviennent au premier plan dans les psychoses.

Il est aussi prouvé, la participation de l'auto observation (au sens du délire d'observation paranoïaque) dans la formation des rêves (je sais que je rêve et je censure en me réveillant).
Mais qu’est ce qu’est le sentiment d'estime de soi selon Freud ?
Ce sentiment tire son origine dans le sentiment infantile de grandeur du moi, et dépend de la libido narcissique. Le sentiment d'estime de soi est augmenté dans les psychoses, abaissé dans les névroses. Dans la vie amoureuse, ne pas être aimé rabaisse le sentiment d'estime de soi, être aimé l'élève. Être aimé est le but de la satisfaction de la libido narcissique, au contraire celui qui aime n’élève pas son sentiment d'estime de soi, c'est le prix à payer en quelque sorte sur son narcissisme.
C'est la toute la difficulté d'aimer. Aimer serait faire le deuil d'une partie de soi, le deuil de notre moi infantile, celui de la pensée magique si intime en nous.
Je peux aimer quand je sais perdre une partie de moi-même et ceci sans avoir peur.
Si les investissements d'amour sont conformes au moi, aimer ou être aimer est valorisé.
Un amour réel et heureux est un état où la libido d'objet et la libido du moi ne peuvent être distingués, il y a un sentiment d’harmonie...pas si simple !

Valérie Travers, Psychanalyste
Novembre 2018
valerietraverspsychanalyste.com
Syndiquer le contenu