Hypnose Ericksonienne

Syndiquer le contenu
Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille
Mis à jour : il y a 31 min 42 sec

Metz: Journée Francophone de l'Hypnose Février 2019

vendredi 21 décembre 2018 - 01:50
L’HYPNOSE INTEGRATIVE : NEUROPHYSIOLOGIE, CLINIQUE ET THERAPIES COMPLEMENTAIRES Cette journée s’adresse à tous les professionnels de santé concernés par l’hypnose thérapeutique dans leur champ de compétence...

Conseil scientifique

- Dr Nazmine GULER, Présidente du conseil scientifique, Metz-Thionville
- Dr Jean-Pierre ALIBEU, Grenoble
- Mme Christine BERLEMONT, Paris
- Pr Bruno BONAZ, Grenoble
- Dr Chantal WOOD, Limoges

Lieu et accès
METZ congrès Robert Schuman
Place de l’amphithéâtre
100 rue aux Arênes - 57000 METZ


Dr Nazmine GULER, CHR Metz-Thionville
Dr Jean-Pierre ALIBEU, CHU Grenoble-Alpes
Dr Chantal WOOD, CHU Limoges
Pr Bruno BONAZ, CHU Grenoble-Alpes
Dr Coraline HINGRAY, CHRU de Nancy
Dr Laurent VERCUEIL, CHU de Grenoble-Alpes
Dr Catherine DEVOLDERE, CHU d’Amiens
Dr Perrine MAREC–BERARD, CHU de Lyon
M. Raphaël DISTANTE, Infirmier, SAMU, CHU de Lyon
Mme Christine BERLEMONT, Infirmière ressource douleur, Paris
Dr Philippe AIM, Président de l’institut uthyl, Nancy et Responsable pédagogique au CHTIP
Dr Isabelle BOUILLEVAUX, URASSM (Unité régionale d’accueil pour les sourds et malentendants), CHRU Nancy. Assure des formations à Paris au CHTIP et à Marseille chez Hypnotim
Mme Anne-Sophie BOUNIE, Infirmière, Institut Curie, Paris
Mr Théo CHAUMEIL, kinésithérapeute, Paris, Formateur en Hypnose médicale au CHTIP et à Hypnotim Marseille
Dr Pascale REYNETTE, Nancy
Dr Stéphanie GUILLEMARD, St-Julien Les Metz
Dr Marco KLOP, Président de l’institut Milton Erickson, Hôpitaux Robert Schuman, Luxembourg
Mme Hélène BITARD, Infirmière anesthésiste, Hôpital Robert Schuman, site Belle Isle, Metz
Dr Sandrine DEITSCH, Metz
Mme Isabelle GUEUGNIAUD, Infirmière libérale, Lyon
Mr Philippe PENIGAULT, Orthophoniste, Paris
Dr Jean-Pierre ALIBEU, CHU Grenoble-Alpes
Mme Maud GUERIAUX, Hypnothérapeute , Voiron
Mme Laurence ADJADJ, Présidente de l’institut Hypnotim et psychologue, Marseille
Dr Eric BOURBONNAIS, Président,
Dr Eric TOMASSINI, Réanimateur,
Mme Christelle TOMASSINI, Infirmière, Institut Lorrain de Médecine Chinoise Traditionnelle
Dr Henri VANOLI, Médecin généraliste ostéopathe, Metz
Dr Patrick BELLET
Programme... Cliquez ici
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Metz: Journée Francophone de l'Hypnose Février 2019

vendredi 21 décembre 2018 - 01:50
L’HYPNOSE INTEGRATIVE : NEUROPHYSIOLOGIE, CLINIQUE ET THERAPIES COMPLEMENTAIRES Cette journée s’adresse à tous les professionnels de santé concernés par l’hypnose thérapeutique dans leur champ de compétence...

Conseil scientifique

- Dr Nazmine GULER, Présidente du conseil scientifique, Metz-Thionville
- Dr Jean-Pierre ALIBEU, Grenoble
- Mme Christine BERLEMONT, Paris
- Pr Bruno BONAZ, Grenoble
- Dr Chantal WOOD, Limoges

Lieu et accès
METZ congrès Robert Schuman
Place de l’amphithéâtre
100 rue aux Arênes - 57000 METZ


Dr Nazmine GULER, CHR Metz-Thionville
Dr Jean-Pierre ALIBEU, CHU Grenoble-Alpes
Dr Chantal WOOD, CHU Limoges
Pr Bruno BONAZ, CHU Grenoble-Alpes
Dr Coraline HINGRAY, CHRU de Nancy
Dr Laurent VERCUEIL, CHU de Grenoble-Alpes
Dr Catherine DEVOLDERE, CHU d’Amiens
Dr Perrine MAREC–BERARD, CHU de Lyon
M. Raphaël DISTANTE, Infirmier, SAMU, CHU de Lyon
Mme Christine BERLEMONT, Infirmière ressource douleur, Paris
Dr Philippe AIM, Président de l’institut uthyl, Nancy et Responsable pédagogique au CHTIP
Dr Isabelle BOUILLEVAUX, URASSM (Unité régionale d’accueil pour les sourds et malentendants), CHRU Nancy. Assure des formations à Paris au CHTIP et à Marseille chez Hypnotim
Mme Anne-Sophie BOUNIE, Infirmière, Institut Curie, Paris
Mr Théo CHAUMEIL, kinésithérapeute, Paris, Formateur en Hypnose médicale au CHTIP et à Hypnotim Marseille
Dr Pascale REYNETTE, Nancy
Dr Stéphanie GUILLEMARD, St-Julien Les Metz
Dr Marco KLOP, Président de l’institut Milton Erickson, Hôpitaux Robert Schuman, Luxembourg
Mme Hélène BITARD, Infirmière anesthésiste, Hôpital Robert Schuman, site Belle Isle, Metz
Dr Sandrine DEITSCH, Metz
Mme Isabelle GUEUGNIAUD, Infirmière libérale, Lyon
Mr Philippe PENIGAULT, Orthophoniste, Paris
Dr Jean-Pierre ALIBEU, CHU Grenoble-Alpes
Mme Maud GUERIAUX, Hypnothérapeute , Voiron
Mme Laurence ADJADJ, Présidente de l’institut Hypnotim et psychologue, Marseille
Dr Eric BOURBONNAIS, Président,
Dr Eric TOMASSINI, Réanimateur,
Mme Christelle TOMASSINI, Infirmière, Institut Lorrain de Médecine Chinoise Traditionnelle
Dr Henri VANOLI, Médecin généraliste ostéopathe, Metz
Dr Patrick BELLET
Programme... Cliquez ici
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves 2019 à Montpellier

mercredi 12 décembre 2018 - 01:12
Découvrez les Masterclass et les conférences plénières confirmées du Forum CFHTB 2019, le programme complet sera disponible prochainement...
Pré-Forum Du chamanisme aux Techniques d’Activation de la Conscience: Le génie intuitif de Bernheïm, Coué et Erickson. (Dr Jean BECCHIO)

Apprendre à poser les questions qui activent les ressources. (Dr Julien BETBEZE)

L'Hypnose 2.0, rendant tout script obsolète et donnant naissance à la notion d'hypnose dissipative. (Gaston BROSSEAU)

Prendre soin de soi et autohypnose en groupe. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE)

L’art d’utiliser les sens dans le travail de développement de l’autorité intérieur avec ou sans hypnose. (Michel KEROUAC & Jean-Philippe LENOIR)

Erickson, naturellement. (Dominique MEGGLÉ)

Travail Ericksonnien pour les Problèmes Psychosomatiques. (Teresa ROBLES)
Hypnose, oui mais quoi l'hypnose? (Dr Isabelle NICKLÈS)

Névrose et humour. (Dominique MEGGLÉ)

L’hypnose, l’atout cœur dans la relation thérapeutique. (Gerard OSTERMANN)

L'exclusivité et l'efficacité de la relation hypnotique. (Camillo LORIEDO)

Hypnothérapie sans transe: techniques avancées pour la clinique et la performance. (Giorgio NARDONE)

Est-ce que la liberté est soluble dans la suggestion? (Julien BETBEZE)

Les neurones miroirs en psychothérapie. (Pierre BUSTANY)

Epigénétique: entre subir et devenir. (Ariane GIACOBINO)

Placebo-ci, nocebo-là. (Patrick LEMOINE)
Neuroplasticité et fonctionnement en réseau du système nerveux central: le connectome cérébral revisité. (Hughes DUFFAU)

Mémoire-souvenir (ou libre arbitre). (Jacques TOUCHON)

La recherche au service du soignant et du soigné. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE, Nicole MALAISE, Anne-Sophie NYSSEN, Audrey VANHAUDEN)

L'Hypnose 2.0, précurseur du précepte inédit du silence thérapeutique. (Gaston BROSSEAU)

D’Erickson aux Techniques d'Activation de la Conscience (TAC). (Dr Jean BECCHIO)

La Poétique de l'hypnose. Fonctions thérapeutiques. (Dr Patrick BELLET)

Thérapies Brèves et Addictions ou comment travailler avec la contrainte. (Olivier COTTENCIN)

Corps de l'hypnose, corps du changement. (Dr Alain VALLÉE)
L'autohypnose comme guérison. (Dr Jean Marc BENHAIEM)

Les quatres attitudes (ARTS) pour communiquer au niveau verbal - non verbal et métaphorique. (Michel KEROUAC)

Construisant réalités internes, créant réalités externes. (Teresa ROBLES)

Conscience de soi et autohypnose en impesanteur: premiers pas. (Pr Antoine BIOY)

Retour sur les Etats généraux. (Dr Régis DUMAS et Joëlle MIGNOT)

L'avenir de l'Hypnose en Europe. (Michael SCHEKTER et Dr Gérard FITOUSSI)
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves 2019 à Montpellier

mercredi 12 décembre 2018 - 01:12
Découvrez les Masterclass et les conférences plénières confirmées du Forum CFHTB 2019, le programme complet sera disponible prochainement...
Pré-Forum Du chamanisme aux Techniques d’Activation de la Conscience: Le génie intuitif de Bernheïm, Coué et Erickson. (Dr Jean BECCHIO)

Apprendre à poser les questions qui activent les ressources. (Dr Julien BETBEZE)

L'Hypnose 2.0, rendant tout script obsolète et donnant naissance à la notion d'hypnose dissipative. (Gaston BROSSEAU)

Prendre soin de soi et autohypnose en groupe. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE)

L’art d’utiliser les sens dans le travail de développement de l’autorité intérieur avec ou sans hypnose. (Michel KEROUAC & Jean-Philippe LENOIR)

Erickson, naturellement. (Dominique MEGGLÉ)

Travail Ericksonnien pour les Problèmes Psychosomatiques. (Teresa ROBLES)
Hypnose, oui mais quoi l'hypnose? (Dr Isabelle NICKLÈS)

Névrose et humour. (Dominique MEGGLÉ)

L’hypnose, l’atout cœur dans la relation thérapeutique. (Gerard OSTERMANN)

L'exclusivité et l'efficacité de la relation hypnotique. (Camillo LORIEDO)

Hypnothérapie sans transe: techniques avancées pour la clinique et la performance. (Giorgio NARDONE)

Est-ce que la liberté est soluble dans la suggestion? (Julien BETBEZE)

Les neurones miroirs en psychothérapie. (Pierre BUSTANY)

Epigénétique: entre subir et devenir. (Ariane GIACOBINO)

Placebo-ci, nocebo-là. (Patrick LEMOINE)
Neuroplasticité et fonctionnement en réseau du système nerveux central: le connectome cérébral revisité. (Hughes DUFFAU)

Mémoire-souvenir (ou libre arbitre). (Jacques TOUCHON)

La recherche au service du soignant et du soigné. (Pr Marie-Elisabeth FAYMONVILLE, Nicole MALAISE, Anne-Sophie NYSSEN, Audrey VANHAUDEN)

L'Hypnose 2.0, précurseur du précepte inédit du silence thérapeutique. (Gaston BROSSEAU)

D’Erickson aux Techniques d'Activation de la Conscience (TAC). (Dr Jean BECCHIO)

La Poétique de l'hypnose. Fonctions thérapeutiques. (Dr Patrick BELLET)

Thérapies Brèves et Addictions ou comment travailler avec la contrainte. (Olivier COTTENCIN)

Corps de l'hypnose, corps du changement. (Dr Alain VALLÉE)
L'autohypnose comme guérison. (Dr Jean Marc BENHAIEM)

Les quatres attitudes (ARTS) pour communiquer au niveau verbal - non verbal et métaphorique. (Michel KEROUAC)

Construisant réalités internes, créant réalités externes. (Teresa ROBLES)

Conscience de soi et autohypnose en impesanteur: premiers pas. (Pr Antoine BIOY)

Retour sur les Etats généraux. (Dr Régis DUMAS et Joëlle MIGNOT)

L'avenir de l'Hypnose en Europe. (Michael SCHEKTER et Dr Gérard FITOUSSI)
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND

lundi 29 octobre 2018 - 17:15
Revue Hypnose & Thérapies brèves n)50 HABITER SON CORPS
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale. Ce court texte en effet pourrait dé- finir en quelques mots le travail qui selon notre auteur s’effectue en thérapie par l’hypnose : habiter son corps comme habiter son existence.

En voici quelques extraits : « Si donc vous voulez trouver votre identité, c’est- à-dire votre propre nom, votre propre es- prit, votre propre corps, votre propre espace, le mieux est de ne pas le chercher, vous risqueriez de courir après votre ombre. Car votre identité est déjà là. N’avez-vous pas un nom, un corps, un espace ? Alors qu’attendez vous ? Rendez-vous à votre nom, à votre corps qui est esprit, à votre espace et installez-vous là comme en votre maison. [...] N’avez-vous pas un volume ? [...] Si vous vous déplacez, vous gardez le même volume et nulle autre personne ne peut le remplir. C’est là une vérité première qu’il ne faudrait surtout pas considérer comme ridicule. Elle est décisive. [...] Ce volume, [...] c’est votre corps. [...] Si, par hasard, vous abandonnez les coordonnées newtoniennes, l’espace et le temps uniforme, [...] vous vous apercevrez que votre corps se meut dans un espace habité, bien mieux, que le corps véritablement humain crée un espace humain, [...] que votre corps dispose de sa propre maison partagée peut-être avec d’autres, [...] que cet espace est celui de l’entre-rencontre. [...] On peut habiter sa maison, sa ville, son pays comme on habite son corps et sans doute parce qu’on a pris d’abord la peine d’habiter son corps. »
« Habitation », Conférence-Fondation Ling, Lausanne, avril 1997.

HABITER SON CORPS ?
Le corps est mû par la vie, animé par la psyché et indissociable d’elle, précise François Roustang. Il n’est de séparation corps-esprit pas plus qu’il n’y a de psy- chisme qui serait, d’une façon ou d’une autre, opposé au corps. Il n’est que « corps intelligent » : un corps compris dans l’espace du présent, un corps en relation, un corps en action ; la pensée lui est rapportée, en cela il est « un corps qui pense avant même la parole ». C’est pourquoi, en thé- rapie, la position correcte du corps engage ou signe la guérison. On observe bien dans le cadre des thérapies familiales, rap- pelle notre auteur, l’espace relationnel qui se dessine entre les corps en présence, car il offre des indices quant aux spécificités de chacun et aux interactions entre les personnes. La constatation de modifications de cet espace relationnel dévoile ainsi des changements au sein des liens familiaux. De même et de manière générale, le corps est un indice de la position que prend l’individu dans son environnement et de son interaction avec les éléments en présence. Une position défectueuse du corps est alors une « maladie humaine », pour François Roustang, car elle ne permet plus d’avoir une interaction positive avec les autres. Ainsi, est- il nécessaire d’habiter son corps, de lui redonner l’ampleur de ses assises et la fluidité des interactions. Habiter son corps, c’est encore habiter son espace, sa place, son contexte, son présent. Ce qui est at- tendu dans la thérapie est une modification dans l’instant, une mise en mouvement, un geste. Cela advient lorsqu’en prenant sa place, le corps, de sa position juste, peut agir, à condition toutefois de « faire taire la pensée et l’explication de la situation ».
- Commander le numéro 50 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
La conspiration du silence: Tâches thérapeutiques. Guillaume DELANNOY, Vania TORRES-LACAZE et Annick TOUSSAINT
A partir de maintenant, et jusqu’à notre prochaine rencontre, je vais vous demander de ne plus du tout parler de votre problème, et ce à qui que ce soit. Vous pouvez bien entendu continuer à parler de tout autre sujet, mais plus un mot à propos de ces difficultés récurrentes que vous rencontrez. 
Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison. Dr Gérard VIGNERON
« Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.
Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale.
Cardiopathies congénitales en service de réanimation. Karine CAMPISTRON
Nous travaillons dans le service de réanimation des cardiopathies congénitales de l’adulte et de l’enfant de l’hôpital Haut-Lévêque au CHU de Bordeaux. Dans ce service l’accompagnement des patients en réanimation est très complexe. Les patients, adultes comme enfants, y sont très techniqués (cathéters, drains, électrodes, sondes, canules...). 
La rééducation en éveil de coma: Intérêt de l'Hypnose. Marie-Pierre BERTINET et Céline DEFACHELLE
Et si l’hypnose était non seulement praticable, mais présentait un intérêt majeur chez un patient douloureux en état de coma vigile ? 
Devant l’absence d’évolution significative de Paul, une prise en charge à visée antalgique a été tentée pendant trois mois par un binôme hypnothérapeute-kinésithérapeute.
Hypnose en terrain humanitaire. Christine ALLARY
Au décours d’une mission de chirurgie maxillo-faciale, en situation anesthésique précaire avec l’association Les Enfants du Noma à Madagascar, l’idée s’est spontanément imposée à l’équipe d’anesthésie de mettre en place et bénéficier de l’outil hypnose au bloc opératoire. 
Médecin généraliste et Hypnose: Osez ! Dr Pierre Le Grand
Médecin généraliste, formé à l’hypnose médicale, je croise d’autres médecins qui ont cet outil dans leur sacoche. Certains s’en servent, d’autres moins. Ils invoquent alors tout un tas de raisons : pas le temps, pas de reconnaissance de l’acte, pas facile à concilier avec l’organisation du cabinet...
Au quotidien: La pratique de l'hypnose en médecine générale. Dr Salomon HAYOUN
Près de seize ans après ma formation à l’hypnose médicale auprès de Jean-Marc Benhaiem et de l’influence philosophique de François Roustang, il m’est agréable de m’interroger sur ma pratique de l’hypnose en médecine générale. Outre la transformation personnelle qu’il est classique d’exprimer comme tous ceux qui ont été initiés à l’hypnose, j’aborderai ici mes rapports aux patients, à la maladie et ma position en tant que soignant. 
Phénoménologie de la transe en médecine générale. Dr Daniel Quin
Médecin généraliste pratiquant l’hypnose depuis quinze ans, en cabinet libéral, cette activité spécifique représente à ce jour 80 % de mes consultations. Je suis confronté régulièrement à des demandes de sevrage tabagique, à des phobies de toutes sortes, des troubles anxieux, des insomnies, des pulsions alimentaires, des comportements addictifs (alcool, drogues, jeux), à de la préparation à des concours ou des épreuves sportives. 
Hypnose et médecine générale. Dr Gérard FITOUSSI
« La médecine générale est une médecine de l’individu dans son environnement naturel. L’objectif premier de la médecine est le soin du patient. Tout comme la médecine en général, la médecine générale est une discipline qui fait appel à des données biomédicales et techniques. Cependant ces seules données sont insuffisantes pour répondre à toutes les demandes de soins des patients.
« L’hypnose, on commence quand ? » Dr Stefano Colombo, Revue Hypnose et Thérapies brèves 50
Ce qui me gêne ? Je souffre de crises de panique, docteur. C’est horrible. Cela me prend d’un coup, quand je les attends le moins du monde. - Parce que vous les attendez ? - J’y suis tellement habitué que je sais d’avance qu’elles vont venir. - Vous êtes donc prévenu ! - Tout en ne sachant pas quand elles viennent. 
Interview du Dr Dominique Megglé par le Dr Gérard FITOUSSI
Votre parcours professionnel est impressionnant, pouvez-vous nous donner un aperçu ? Dominique Megglé : Servir ! Je me suis engagé dans l’armée pour servir la France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père, résistant, a été arrêté et torturé par les nazis, puis déporté à Buchenwald. Et comme je suis né au Maroc et que mon enfance en a été bercée, je voulais retrouver ma chère Afrique.
Hypnose et écriture: "146 boulevard Haussmann", l'ouvrage de Maurice Soustiel
Compte rendu par Sophie COHEN. Il est rare que je parle d’un récit et voici que cette rubrique fait exception pour l’excellent livre de Maurice Soustiel. Maurice Soustiel pratique l’hypnose dans sa consultation à l’hôpital. Il me dit sans l’hypnose, ce livre n’aurait jamais vu le jour parce que penser le passé jusqu’à l’écrire est extrêmement thérapeutique.
Notes de lecture par Christine GUILLOUX
La clé des cœurs : Contes et mystères en pays amoureux, Henri Gougaud
Dernière livraison de notre ami Henri Gougaud, le conteur par lequel l’on renaît sans cesse, par lequel on se nourrit comme on se sourit, par lequel l’on sait transformer les menaces en miracles.
Initiation à la thérapie brève orientée vers les solutions : En dix leçons 
Comptes rendus par Sophie COHEN
Un guide court et clair qui décrit les outils de thérapies brèves. En passant par la définition des objectifs et la question miracle, dix outils sont développés et ce en une centaine de pages. Avec cette synthèse, on ne peut plus dire que l’on n’a pas le temps de lire !
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND

lundi 29 octobre 2018 - 17:15
Revue Hypnose & Thérapies brèves n)50 HABITER SON CORPS
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale. Ce court texte en effet pourrait dé- finir en quelques mots le travail qui selon notre auteur s’effectue en thérapie par l’hypnose : habiter son corps comme habiter son existence.

En voici quelques extraits : « Si donc vous voulez trouver votre identité, c’est- à-dire votre propre nom, votre propre es- prit, votre propre corps, votre propre espace, le mieux est de ne pas le chercher, vous risqueriez de courir après votre ombre. Car votre identité est déjà là. N’avez-vous pas un nom, un corps, un espace ? Alors qu’attendez vous ? Rendez-vous à votre nom, à votre corps qui est esprit, à votre espace et installez-vous là comme en votre maison. [...] N’avez-vous pas un volume ? [...] Si vous vous déplacez, vous gardez le même volume et nulle autre personne ne peut le remplir. C’est là une vérité première qu’il ne faudrait surtout pas considérer comme ridicule. Elle est décisive. [...] Ce volume, [...] c’est votre corps. [...] Si, par hasard, vous abandonnez les coordonnées newtoniennes, l’espace et le temps uniforme, [...] vous vous apercevrez que votre corps se meut dans un espace habité, bien mieux, que le corps véritablement humain crée un espace humain, [...] que votre corps dispose de sa propre maison partagée peut-être avec d’autres, [...] que cet espace est celui de l’entre-rencontre. [...] On peut habiter sa maison, sa ville, son pays comme on habite son corps et sans doute parce qu’on a pris d’abord la peine d’habiter son corps. »
« Habitation », Conférence-Fondation Ling, Lausanne, avril 1997.

HABITER SON CORPS ?
Le corps est mû par la vie, animé par la psyché et indissociable d’elle, précise François Roustang. Il n’est de séparation corps-esprit pas plus qu’il n’y a de psy- chisme qui serait, d’une façon ou d’une autre, opposé au corps. Il n’est que « corps intelligent » : un corps compris dans l’espace du présent, un corps en relation, un corps en action ; la pensée lui est rapportée, en cela il est « un corps qui pense avant même la parole ». C’est pourquoi, en thé- rapie, la position correcte du corps engage ou signe la guérison. On observe bien dans le cadre des thérapies familiales, rap- pelle notre auteur, l’espace relationnel qui se dessine entre les corps en présence, car il offre des indices quant aux spécificités de chacun et aux interactions entre les personnes. La constatation de modifications de cet espace relationnel dévoile ainsi des changements au sein des liens familiaux. De même et de manière générale, le corps est un indice de la position que prend l’individu dans son environnement et de son interaction avec les éléments en présence. Une position défectueuse du corps est alors une « maladie humaine », pour François Roustang, car elle ne permet plus d’avoir une interaction positive avec les autres. Ainsi, est- il nécessaire d’habiter son corps, de lui redonner l’ampleur de ses assises et la fluidité des interactions. Habiter son corps, c’est encore habiter son espace, sa place, son contexte, son présent. Ce qui est at- tendu dans la thérapie est une modification dans l’instant, une mise en mouvement, un geste. Cela advient lorsqu’en prenant sa place, le corps, de sa position juste, peut agir, à condition toutefois de « faire taire la pensée et l’explication de la situation ».
- Commander le numéro 50 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
La conspiration du silence: Tâches thérapeutiques. Guillaume DELANNOY, Vania TORRES-LACAZE et Annick TOUSSAINT
A partir de maintenant, et jusqu’à notre prochaine rencontre, je vais vous demander de ne plus du tout parler de votre problème, et ce à qui que ce soit. Vous pouvez bien entendu continuer à parler de tout autre sujet, mais plus un mot à propos de ces difficultés récurrentes que vous rencontrez. 
Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison. Dr Gérard VIGNERON
« Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.
Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale.
Cardiopathies congénitales en service de réanimation. Karine CAMPISTRON
Nous travaillons dans le service de réanimation des cardiopathies congénitales de l’adulte et de l’enfant de l’hôpital Haut-Lévêque au CHU de Bordeaux. Dans ce service l’accompagnement des patients en réanimation est très complexe. Les patients, adultes comme enfants, y sont très techniqués (cathéters, drains, électrodes, sondes, canules...). 
La rééducation en éveil de coma: Intérêt de l'Hypnose. Marie-Pierre BERTINET et Céline DEFACHELLE
Et si l’hypnose était non seulement praticable, mais présentait un intérêt majeur chez un patient douloureux en état de coma vigile ? 
Devant l’absence d’évolution significative de Paul, une prise en charge à visée antalgique a été tentée pendant trois mois par un binôme hypnothérapeute-kinésithérapeute.
Hypnose en terrain humanitaire. Christine ALLARY
Au décours d’une mission de chirurgie maxillo-faciale, en situation anesthésique précaire avec l’association Les Enfants du Noma à Madagascar, l’idée s’est spontanément imposée à l’équipe d’anesthésie de mettre en place et bénéficier de l’outil hypnose au bloc opératoire. 
Médecin généraliste et Hypnose: Osez ! Dr Pierre Le Grand
Médecin généraliste, formé à l’hypnose médicale, je croise d’autres médecins qui ont cet outil dans leur sacoche. Certains s’en servent, d’autres moins. Ils invoquent alors tout un tas de raisons : pas le temps, pas de reconnaissance de l’acte, pas facile à concilier avec l’organisation du cabinet...
Au quotidien: La pratique de l'hypnose en médecine générale. Dr Salomon HAYOUN
Près de seize ans après ma formation à l’hypnose médicale auprès de Jean-Marc Benhaiem et de l’influence philosophique de François Roustang, il m’est agréable de m’interroger sur ma pratique de l’hypnose en médecine générale. Outre la transformation personnelle qu’il est classique d’exprimer comme tous ceux qui ont été initiés à l’hypnose, j’aborderai ici mes rapports aux patients, à la maladie et ma position en tant que soignant. 
Phénoménologie de la transe en médecine générale. Dr Daniel Quin
Médecin généraliste pratiquant l’hypnose depuis quinze ans, en cabinet libéral, cette activité spécifique représente à ce jour 80 % de mes consultations. Je suis confronté régulièrement à des demandes de sevrage tabagique, à des phobies de toutes sortes, des troubles anxieux, des insomnies, des pulsions alimentaires, des comportements addictifs (alcool, drogues, jeux), à de la préparation à des concours ou des épreuves sportives. 
Hypnose et médecine générale. Dr Gérard FITOUSSI
« La médecine générale est une médecine de l’individu dans son environnement naturel. L’objectif premier de la médecine est le soin du patient. Tout comme la médecine en général, la médecine générale est une discipline qui fait appel à des données biomédicales et techniques. Cependant ces seules données sont insuffisantes pour répondre à toutes les demandes de soins des patients.
« L’hypnose, on commence quand ? » Dr Stefano Colombo, Revue Hypnose et Thérapies brèves 50
Ce qui me gêne ? Je souffre de crises de panique, docteur. C’est horrible. Cela me prend d’un coup, quand je les attends le moins du monde. - Parce que vous les attendez ? - J’y suis tellement habitué que je sais d’avance qu’elles vont venir. - Vous êtes donc prévenu ! - Tout en ne sachant pas quand elles viennent. 
Interview du Dr Dominique Megglé par le Dr Gérard FITOUSSI
Votre parcours professionnel est impressionnant, pouvez-vous nous donner un aperçu ? Dominique Megglé : Servir ! Je me suis engagé dans l’armée pour servir la France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père, résistant, a été arrêté et torturé par les nazis, puis déporté à Buchenwald. Et comme je suis né au Maroc et que mon enfance en a été bercée, je voulais retrouver ma chère Afrique.
Hypnose et écriture: "146 boulevard Haussmann", l'ouvrage de Maurice Soustiel
Compte rendu par Sophie COHEN. Il est rare que je parle d’un récit et voici que cette rubrique fait exception pour l’excellent livre de Maurice Soustiel. Maurice Soustiel pratique l’hypnose dans sa consultation à l’hôpital. Il me dit sans l’hypnose, ce livre n’aurait jamais vu le jour parce que penser le passé jusqu’à l’écrire est extrêmement thérapeutique.
Notes de lecture par Christine GUILLOUX
La clé des cœurs : Contes et mystères en pays amoureux, Henri Gougaud
Dernière livraison de notre ami Henri Gougaud, le conteur par lequel l’on renaît sans cesse, par lequel on se nourrit comme on se sourit, par lequel l’on sait transformer les menaces en miracles.
Initiation à la thérapie brève orientée vers les solutions : En dix leçons 
Comptes rendus par Sophie COHEN
Un guide court et clair qui décrit les outils de thérapies brèves. En passant par la définition des objectifs et la question miracle, dix outils sont développés et ce en une centaine de pages. Avec cette synthèse, on ne peut plus dire que l’on n’a pas le temps de lire !
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison

lundi 29 octobre 2018 - 16:15
Par le Dr Gérard VIGNERON, Médecin, hypnothérapeute formé à l’AFEHM auprès de François Roustang et de Jean-Marc Benhaiem. Revue Hypnose & Thérapies brèves n°50 « Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.

Ce processus reste fort mystérieux, il n’existe pas de recettes miracles pour le stimuler et de plus « guérir » n’a pas la même signification pour chacun d’entre nous. Pour certains la guérison sera définie par la disparition d’un symptôme ou d’une maladie aussi grave soit-elle. Pour d’autres, elle consistera à trouver un équilibre, non seulement physique, mais aussi émotionnel. Pour d’autres enfin, la guéri- son sera synonyme d’un changement radical dans leur façon d’être, dans leur rapport avec les autres, avec le monde. Cela peut même se traduire pour eux par la dé- couverte d’une dimension insoupçonnée, grâce à une expérience que certains définissent comme étant une expérience holotropique, c’est-à-dire une expérience qui amène à une sensation de ne faire qu’un avec un Tout.

Chacun doit donc trouver comment se mettre en chemin vers la guérison. Ce n’est pas une mince affaire, car il n’y a pas de protocole préétabli, de chemin tout tracé et le résultat n’est jamais garanti. Néanmoins, ceux qui arrivent à bon port et qui se guérissent d’une maladie grave partagent un trait commun : ils ont su mobiliser « la force qui est en chacun de nous et qui est notre plus grand médecin »1, ils ont su éveiller leur guérisseur intérieur.

LE GUÉRISSEUR INTÉRIEUR
Mais que signifie ce terme ? Que représente-t-il ? Que recouvre-t-il ? Il n’a rien de scientifique, fait peut-être un peu New Age et pourtant il revêt pour moi une grande importance. C’est un processus dynamique immatériel fort mystérieux, mais qui va devenir le véritable chef d’orchestre dans l’environnement soignant que je dois, en tant que patient, mettre en place.

Pour le mobiliser, je ne possède aucune ordonnance miracle, ni recette, ni pilule, mais je ne suis pas pour autant une « machine biologique impuissante ». Il ne s’agit pas non plus de me considérer comme tout puissant (je dois accepter de me faire aider), mais il est indéniable que je dois prendre toute ma part dans le processus de guérison.

Deux concepts développés par la science, la neuroplasticité et l’épigénétique, viennent conforter cette conviction.
Le concept de neuroplasticité rend compte de cette extraordinaire capacité que nous avons à moduler non seulement l’activité de notre cerveau, mais aussi sa structure. Notre cerveau est « plastique ». Toute expérience le module, le transforme. Il n’est pas une boîte noire dont le fonctionnement serait totalement indépendant de notre vécu et ne pourrait pas être modifié. Au contraire, nos états d’esprit, nos pensées, nos émotions, tout ce qui définit notre état d’être y tiennent une place centrale. Ils ont certainement été des facteurs favorisant la maladie, mais ils peuvent aussi, si nous par- venons à les modifier, stimuler nos capacités innées de guérison.

L’épigénétique est le deuxième concept qui explique notre possibilité d’action dans le processus de guérison. Il y a quelques années, on pensait qu’il était impossible d’avoir une action sur l’expression de notre capital génétique, considéré comme immuable. C’était le temps du « tout génétique ». Nous croyions alors être totalement déterminés par nos gènes. Une autre approche scientifique a vu le jour depuis quelques an- nées, c’est celle de l’épigénétique qui étudie comment l’environnement et l’histoire de l’individu influencent l’expression de ses gènes.

Il existe quatre facteurs qui ont une action capitale sur l’expression de nos gènes. Ce sont : la nourriture, l’exercice physique, la capacité à moduler les émotions et plus particulièrement la façon de contrôler le stress, la capacité à créer des relations sociales qui apportent du plaisir.
L’épigénétique nous donne donc des outils pour comprendre comment nous pouvons créer un environnement favorable à notre santé.
Exception faite, bien sûr, des personnes qui souffrent d’une maladie génétique (mais elles ne représentent pas plus de 5 % des êtres humains), nos pensées, nos intentions, nos croyances, nos émotions ont une action plus déterminante que notre programme génétique.

- Commander le numéro 50 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
La conspiration du silence: Tâches thérapeutiques. Guillaume DELANNOY, Vania TORRES-LACAZE et Annick TOUSSAINT
A partir de maintenant, et jusqu’à notre prochaine rencontre, je vais vous demander de ne plus du tout parler de votre problème, et ce à qui que ce soit. Vous pouvez bien entendu continuer à parler de tout autre sujet, mais plus un mot à propos de ces difficultés récurrentes que vous rencontrez. 
Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison. Dr Gérard VIGNERON
« Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.
Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale.
Cardiopathies congénitales en service de réanimation. Karine CAMPISTRON
Nous travaillons dans le service de réanimation des cardiopathies congénitales de l’adulte et de l’enfant de l’hôpital Haut-Lévêque au CHU de Bordeaux. Dans ce service l’accompagnement des patients en réanimation est très complexe. Les patients, adultes comme enfants, y sont très techniqués (cathéters, drains, électrodes, sondes, canules...). 
La rééducation en éveil de coma: Intérêt de l'Hypnose. Marie-Pierre BERTINET et Céline DEFACHELLE
Et si l’hypnose était non seulement praticable, mais présentait un intérêt majeur chez un patient douloureux en état de coma vigile ? 
Devant l’absence d’évolution significative de Paul, une prise en charge à visée antalgique a été tentée pendant trois mois par un binôme hypnothérapeute-kinésithérapeute.
Hypnose en terrain humanitaire. Christine ALLARY
Au décours d’une mission de chirurgie maxillo-faciale, en situation anesthésique précaire avec l’association Les Enfants du Noma à Madagascar, l’idée s’est spontanément imposée à l’équipe d’anesthésie de mettre en place et bénéficier de l’outil hypnose au bloc opératoire. 
Médecin généraliste et Hypnose: Osez ! Dr Pierre Le Grand
Médecin généraliste, formé à l’hypnose médicale, je croise d’autres médecins qui ont cet outil dans leur sacoche. Certains s’en servent, d’autres moins. Ils invoquent alors tout un tas de raisons : pas le temps, pas de reconnaissance de l’acte, pas facile à concilier avec l’organisation du cabinet...
Au quotidien: La pratique de l'hypnose en médecine générale. Dr Salomon HAYOUN
Près de seize ans après ma formation à l’hypnose médicale auprès de Jean-Marc Benhaiem et de l’influence philosophique de François Roustang, il m’est agréable de m’interroger sur ma pratique de l’hypnose en médecine générale. Outre la transformation personnelle qu’il est classique d’exprimer comme tous ceux qui ont été initiés à l’hypnose, j’aborderai ici mes rapports aux patients, à la maladie et ma position en tant que soignant. 
Phénoménologie de la transe en médecine générale. Dr Daniel Quin
Médecin généraliste pratiquant l’hypnose depuis quinze ans, en cabinet libéral, cette activité spécifique représente à ce jour 80 % de mes consultations. Je suis confronté régulièrement à des demandes de sevrage tabagique, à des phobies de toutes sortes, des troubles anxieux, des insomnies, des pulsions alimentaires, des comportements addictifs (alcool, drogues, jeux), à de la préparation à des concours ou des épreuves sportives. 
Hypnose et médecine générale. Dr Gérard FITOUSSI
« La médecine générale est une médecine de l’individu dans son environnement naturel. L’objectif premier de la médecine est le soin du patient. Tout comme la médecine en général, la médecine générale est une discipline qui fait appel à des données biomédicales et techniques. Cependant ces seules données sont insuffisantes pour répondre à toutes les demandes de soins des patients.
« L’hypnose, on commence quand ? » Dr Stefano Colombo, Revue Hypnose et Thérapies brèves 50
Ce qui me gêne ? Je souffre de crises de panique, docteur. C’est horrible. Cela me prend d’un coup, quand je les attends le moins du monde. - Parce que vous les attendez ? - J’y suis tellement habitué que je sais d’avance qu’elles vont venir. - Vous êtes donc prévenu ! - Tout en ne sachant pas quand elles viennent. 
Interview du Dr Dominique Megglé par le Dr Gérard FITOUSSI
Votre parcours professionnel est impressionnant, pouvez-vous nous donner un aperçu ? Dominique Megglé : Servir ! Je me suis engagé dans l’armée pour servir la France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père, résistant, a été arrêté et torturé par les nazis, puis déporté à Buchenwald. Et comme je suis né au Maroc et que mon enfance en a été bercée, je voulais retrouver ma chère Afrique.
Hypnose et écriture: "146 boulevard Haussmann", l'ouvrage de Maurice Soustiel
Compte rendu par Sophie COHEN. Il est rare que je parle d’un récit et voici que cette rubrique fait exception pour l’excellent livre de Maurice Soustiel. Maurice Soustiel pratique l’hypnose dans sa consultation à l’hôpital. Il me dit sans l’hypnose, ce livre n’aurait jamais vu le jour parce que penser le passé jusqu’à l’écrire est extrêmement thérapeutique.
Notes de lecture par Christine GUILLOUX
La clé des cœurs : Contes et mystères en pays amoureux, Henri Gougaud
Dernière livraison de notre ami Henri Gougaud, le conteur par lequel l’on renaît sans cesse, par lequel on se nourrit comme on se sourit, par lequel l’on sait transformer les menaces en miracles.
Initiation à la thérapie brève orientée vers les solutions : En dix leçons 
Comptes rendus par Sophie COHEN
Un guide court et clair qui décrit les outils de thérapies brèves. En passant par la définition des objectifs et la question miracle, dix outils sont développés et ce en une centaine de pages. Avec cette synthèse, on ne peut plus dire que l’on n’a pas le temps de lire !
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison

lundi 29 octobre 2018 - 16:15
Par le Dr Gérard VIGNERON, Médecin, hypnothérapeute formé à l’AFEHM auprès de François Roustang et de Jean-Marc Benhaiem. Revue Hypnose & Thérapies brèves n°50 « Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.

Ce processus reste fort mystérieux, il n’existe pas de recettes miracles pour le stimuler et de plus « guérir » n’a pas la même signification pour chacun d’entre nous. Pour certains la guérison sera définie par la disparition d’un symptôme ou d’une maladie aussi grave soit-elle. Pour d’autres, elle consistera à trouver un équilibre, non seulement physique, mais aussi émotionnel. Pour d’autres enfin, la guéri- son sera synonyme d’un changement radical dans leur façon d’être, dans leur rapport avec les autres, avec le monde. Cela peut même se traduire pour eux par la dé- couverte d’une dimension insoupçonnée, grâce à une expérience que certains définissent comme étant une expérience holotropique, c’est-à-dire une expérience qui amène à une sensation de ne faire qu’un avec un Tout.

Chacun doit donc trouver comment se mettre en chemin vers la guérison. Ce n’est pas une mince affaire, car il n’y a pas de protocole préétabli, de chemin tout tracé et le résultat n’est jamais garanti. Néanmoins, ceux qui arrivent à bon port et qui se guérissent d’une maladie grave partagent un trait commun : ils ont su mobiliser « la force qui est en chacun de nous et qui est notre plus grand médecin »1, ils ont su éveiller leur guérisseur intérieur.

LE GUÉRISSEUR INTÉRIEUR
Mais que signifie ce terme ? Que représente-t-il ? Que recouvre-t-il ? Il n’a rien de scientifique, fait peut-être un peu New Age et pourtant il revêt pour moi une grande importance. C’est un processus dynamique immatériel fort mystérieux, mais qui va devenir le véritable chef d’orchestre dans l’environnement soignant que je dois, en tant que patient, mettre en place.

Pour le mobiliser, je ne possède aucune ordonnance miracle, ni recette, ni pilule, mais je ne suis pas pour autant une « machine biologique impuissante ». Il ne s’agit pas non plus de me considérer comme tout puissant (je dois accepter de me faire aider), mais il est indéniable que je dois prendre toute ma part dans le processus de guérison.

Deux concepts développés par la science, la neuroplasticité et l’épigénétique, viennent conforter cette conviction.
Le concept de neuroplasticité rend compte de cette extraordinaire capacité que nous avons à moduler non seulement l’activité de notre cerveau, mais aussi sa structure. Notre cerveau est « plastique ». Toute expérience le module, le transforme. Il n’est pas une boîte noire dont le fonctionnement serait totalement indépendant de notre vécu et ne pourrait pas être modifié. Au contraire, nos états d’esprit, nos pensées, nos émotions, tout ce qui définit notre état d’être y tiennent une place centrale. Ils ont certainement été des facteurs favorisant la maladie, mais ils peuvent aussi, si nous par- venons à les modifier, stimuler nos capacités innées de guérison.

L’épigénétique est le deuxième concept qui explique notre possibilité d’action dans le processus de guérison. Il y a quelques années, on pensait qu’il était impossible d’avoir une action sur l’expression de notre capital génétique, considéré comme immuable. C’était le temps du « tout génétique ». Nous croyions alors être totalement déterminés par nos gènes. Une autre approche scientifique a vu le jour depuis quelques an- nées, c’est celle de l’épigénétique qui étudie comment l’environnement et l’histoire de l’individu influencent l’expression de ses gènes.

Il existe quatre facteurs qui ont une action capitale sur l’expression de nos gènes. Ce sont : la nourriture, l’exercice physique, la capacité à moduler les émotions et plus particulièrement la façon de contrôler le stress, la capacité à créer des relations sociales qui apportent du plaisir.
L’épigénétique nous donne donc des outils pour comprendre comment nous pouvons créer un environnement favorable à notre santé.
Exception faite, bien sûr, des personnes qui souffrent d’une maladie génétique (mais elles ne représentent pas plus de 5 % des êtres humains), nos pensées, nos intentions, nos croyances, nos émotions ont une action plus déterminante que notre programme génétique.

- Commander le numéro 50 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
La conspiration du silence: Tâches thérapeutiques. Guillaume DELANNOY, Vania TORRES-LACAZE et Annick TOUSSAINT
A partir de maintenant, et jusqu’à notre prochaine rencontre, je vais vous demander de ne plus du tout parler de votre problème, et ce à qui que ce soit. Vous pouvez bien entendu continuer à parler de tout autre sujet, mais plus un mot à propos de ces difficultés récurrentes que vous rencontrez. 
Conscience et guérison: le rôle du patient dans le processus de guérison. Dr Gérard VIGNERON
« Oui, vous aviez raison, c’est bien un lymphome. » Ces quelques mots prononcés par le chirurgien qui venait de recevoir les résultats de l’anatomo-pathologie des ganglions enlevés quelques jours auparavant, allaient provoquer en moi une espèce d’urgence à préciser le rôle et la place que doit prendre le patient dans le processus de guérison.
Note Cinquième selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
Présentant un court texte lors d’une rencontre sur le thème de l’identité, François Roustang propose une réflexion sur ce qu’il titre « habitation ». Ce texte ne prétend pas aborder la question sou- levée ici d’un point de vue philosophique ou d’un point de vue social, il énonce une démarche thérapeutique en tout point originale.
Cardiopathies congénitales en service de réanimation. Karine CAMPISTRON
Nous travaillons dans le service de réanimation des cardiopathies congénitales de l’adulte et de l’enfant de l’hôpital Haut-Lévêque au CHU de Bordeaux. Dans ce service l’accompagnement des patients en réanimation est très complexe. Les patients, adultes comme enfants, y sont très techniqués (cathéters, drains, électrodes, sondes, canules...). 
La rééducation en éveil de coma: Intérêt de l'Hypnose. Marie-Pierre BERTINET et Céline DEFACHELLE
Et si l’hypnose était non seulement praticable, mais présentait un intérêt majeur chez un patient douloureux en état de coma vigile ? 
Devant l’absence d’évolution significative de Paul, une prise en charge à visée antalgique a été tentée pendant trois mois par un binôme hypnothérapeute-kinésithérapeute.
Hypnose en terrain humanitaire. Christine ALLARY
Au décours d’une mission de chirurgie maxillo-faciale, en situation anesthésique précaire avec l’association Les Enfants du Noma à Madagascar, l’idée s’est spontanément imposée à l’équipe d’anesthésie de mettre en place et bénéficier de l’outil hypnose au bloc opératoire. 
Médecin généraliste et Hypnose: Osez ! Dr Pierre Le Grand
Médecin généraliste, formé à l’hypnose médicale, je croise d’autres médecins qui ont cet outil dans leur sacoche. Certains s’en servent, d’autres moins. Ils invoquent alors tout un tas de raisons : pas le temps, pas de reconnaissance de l’acte, pas facile à concilier avec l’organisation du cabinet...
Au quotidien: La pratique de l'hypnose en médecine générale. Dr Salomon HAYOUN
Près de seize ans après ma formation à l’hypnose médicale auprès de Jean-Marc Benhaiem et de l’influence philosophique de François Roustang, il m’est agréable de m’interroger sur ma pratique de l’hypnose en médecine générale. Outre la transformation personnelle qu’il est classique d’exprimer comme tous ceux qui ont été initiés à l’hypnose, j’aborderai ici mes rapports aux patients, à la maladie et ma position en tant que soignant. 
Phénoménologie de la transe en médecine générale. Dr Daniel Quin
Médecin généraliste pratiquant l’hypnose depuis quinze ans, en cabinet libéral, cette activité spécifique représente à ce jour 80 % de mes consultations. Je suis confronté régulièrement à des demandes de sevrage tabagique, à des phobies de toutes sortes, des troubles anxieux, des insomnies, des pulsions alimentaires, des comportements addictifs (alcool, drogues, jeux), à de la préparation à des concours ou des épreuves sportives. 
Hypnose et médecine générale. Dr Gérard FITOUSSI
« La médecine générale est une médecine de l’individu dans son environnement naturel. L’objectif premier de la médecine est le soin du patient. Tout comme la médecine en général, la médecine générale est une discipline qui fait appel à des données biomédicales et techniques. Cependant ces seules données sont insuffisantes pour répondre à toutes les demandes de soins des patients.
« L’hypnose, on commence quand ? » Dr Stefano Colombo, Revue Hypnose et Thérapies brèves 50
Ce qui me gêne ? Je souffre de crises de panique, docteur. C’est horrible. Cela me prend d’un coup, quand je les attends le moins du monde. - Parce que vous les attendez ? - J’y suis tellement habitué que je sais d’avance qu’elles vont venir. - Vous êtes donc prévenu ! - Tout en ne sachant pas quand elles viennent. 
Interview du Dr Dominique Megglé par le Dr Gérard FITOUSSI
Votre parcours professionnel est impressionnant, pouvez-vous nous donner un aperçu ? Dominique Megglé : Servir ! Je me suis engagé dans l’armée pour servir la France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père, résistant, a été arrêté et torturé par les nazis, puis déporté à Buchenwald. Et comme je suis né au Maroc et que mon enfance en a été bercée, je voulais retrouver ma chère Afrique.
Hypnose et écriture: "146 boulevard Haussmann", l'ouvrage de Maurice Soustiel
Compte rendu par Sophie COHEN. Il est rare que je parle d’un récit et voici que cette rubrique fait exception pour l’excellent livre de Maurice Soustiel. Maurice Soustiel pratique l’hypnose dans sa consultation à l’hôpital. Il me dit sans l’hypnose, ce livre n’aurait jamais vu le jour parce que penser le passé jusqu’à l’écrire est extrêmement thérapeutique.
Notes de lecture par Christine GUILLOUX
La clé des cœurs : Contes et mystères en pays amoureux, Henri Gougaud
Dernière livraison de notre ami Henri Gougaud, le conteur par lequel l’on renaît sans cesse, par lequel on se nourrit comme on se sourit, par lequel l’on sait transformer les menaces en miracles.
Initiation à la thérapie brève orientée vers les solutions : En dix leçons 
Comptes rendus par Sophie COHEN
Un guide court et clair qui décrit les outils de thérapies brèves. En passant par la définition des objectifs et la question miracle, dix outils sont développés et ce en une centaine de pages. Avec cette synthèse, on ne peut plus dire que l’on n’a pas le temps de lire !
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org